top of page

Visualiser sa confiance en soi pour mieux résister à la pression



« La pression est un privilège » - Billie Jean King -

Cet été, j’ai été passionnée par la série documentaire « Break Point » sur Netflix qui consacre ses épisodes aux coulisses du tennis professionnel. Ce que j’ai constaté et qui m’a interpellé (sans vraiment me surprendre pour autant) c’est que plus le joueur se sent en situation de force et de réussite, mieux il joue ; au contraire, s’il commence à rater 2-3 balles et à focaliser son esprit sur ces ratés, il se fait entrainer dans un tourbillon mental qui l’éloigne rapidement de la spirale de réussite.


Qu’est-ce qui fait que certaines personnes se dépassent face à la pression et surperforment quand d’autres stagnent ou s’effondrent ?


CROIRE QUE L'ON PEUT Y ARRIVER, C'EST AVOIR FAIT 80% DU CHEMIN VERS LA RÉUSSITE


L’état interne et la confiance en soi influent sur nos actions. Plus je me sens en réussite, plus je vais mobiliser mes ressources de performance, et donc performer. Et inversement. Le sentiment de maitrise et de confiance en soi amènent la performance. C’est ce qui s’appelle le Sentiment d’Efficacité Personnelle, traité dans cet ancien article.


Par exemple, dans cette même série, j’ai observé que la joueuse Ajla Tomljanovic avait une faible résistance au stress et à l’échec, ce qui lui fait perdre ses moyens sur les fins de matchs quand elle a pourtant les capacités physiques d’aller chercher la victoire.

L’australien Nick Kyrgios lui, qui ne part pas favori, affiche pourtant une confiance en soi bien affirmée (réelle ou surjouée, peu importe finalement) et qui déstabilise la plupart de ses adversaires par son aplomb et sa solidité, ce qui lui permet de tirer parti des doutes de son adversaire en améliorant son jeu.

Iga Swiatek, 1ère mondiale en 2022, a su, quant à elle, miser sur sa préparation mentale : méditation, visualisation, puzzle, lecture et activités de flow en amont des tournois. Ce qui la rend pratiquement imperturbable lors de ces matchs.


Ce qui fait la différence, à ce niveau d’excellence, ce n’est pas tellement l’aptitude physique des joueurs mais plutôt leur solidité mentale.


La performance et la résistante à la pression en entreprise fonctionnent de la même façon : plus ma confiance en moi est renforcée, plus je développe mes capacités positives, plus l’atteinte de mon objectif est possible.


Si je me sens capable de donner le meilleur de moi-même lors de cette présentation auprès du CODIR, mes capacités cognitives, émotionnelles et physiques vont toutes trois se mobiliser pour donner le maximum.


« S'il est une qualité que les cadres recherchent pour eux-mêmes et pour leurs employés, c'est bien une performance élevée et durable face à une pression toujours croissante et à des changements rapides. » - Jim Loehr & Tony Schwartz -

Notre capacité à se mettre en mouvement vers le changement dépend en premier lieu de notre état d’esprit. Notre cerveau est tellement puissant que nos actions s’alignent avec ce que nous pensons.

Dans un autre très bon documentaire Netflix que je vous recommande « Secrets de coach », le coach Patrick Mouratoglou partage avoir menti à Serena Williams lors d’un tournoi à Wimbledon sur son taux de réussite des balles au filet. Observant sa joueuse en difficulté sur ce type de balles et donc en baisse de confiance en elle, il lui a affirmé être très satisfait de sa performance sur les balles au filet, son taux de réussite étant de 80% (ce qui était bien sûr totalement faux). Surprise puis confortée par ce retour positif, Serena Williams s’est mise à réussir toutes les balles courtes et a remporté le tournoi. Ce qui a fait la différence c’est un sentiment d’efficacité personnelle élevé et des croyances positives, et non ses capacités ou compétences réelles.


LA VISUALISATION, LE SECRET DES GRANDS CHAMPIONS


Comme les grands champions, la confiance en soi se travaille aussi par la préparation mentale, et notamment grâce à l’outil de visualisation.


La visualisation repose sur un constat neuroscientifique : Le cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est imaginé et ce qui est réel. Cela active les mêmes zones du cerveau dans les deux cas. Imaginez que vous mordez dans un citron frais à pleine dents, et vous sentirez déjà l’acidité dans votre bouche. Voilà ce que permet la visualisation.

« La plongeuse Laura Wilkinson a ainsi remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques de Sydney malgré une blessure. Immobilisée pendant six mois après une triple fracture, elle a passé toutes ses journées debout sur le plongeoir, à visualiser ses sauts. » - Managéris n°317 -

Dans une étude célèbre, le Docteur Blalostto de l’Université de Chicago a démontré le pouvoir de la visualisation en divisant une équipe de basket en 3 groupes :

- Les joueurs du premier groupe ont travaillé leur « lancer franc » durant 1 heure pendant 30 jours

- Les joueurs du deuxième groupe se sont visualisés en train de réaliser des « lancer francs » pendant 30 jours

- Les joueurs du troisième groupe n’eurent rien à faire

Les 30 jours passés, la performance des joueurs a été mesurée et les résultats sont édifiants : le premier groupe s’est amélioré de 24%, tandis que le deuxième groupe qui a travaillé par visualisation s’est amélioré de 23% (bien sûr le troisième groupe ne s’est pas amélioré).


La visualisation a donc un impact presque aussi important que l’entrainement direct.


Cela est dû à la plasticité neuronale : la faculté de notre cerveau à développer ses compétences/connaissances et à acquérir toujours de nouveaux fonctionnements, à tout âge et sur n’importe quel sujet.


La visualisation est une technique extrêmement puissante pour concrétiser un objectif, mobiliser les ressources positives pour l’atteindre (comme la technique de l’ancrage), développer de nouvelles compétences, ou se préparer à un évènement à enjeu, à des situations émotionnellement chargées (prise de parole en public, présentation d’un projet à un comité, candidature à un poste, recadrage managérial, création d’une entreprise …).


Pour pratiquer la visualisation, imaginez avec précision la scène en question : le lieu, la disposition du matériel, la luminosité, les personnes présentes, vos vêtements, votre attitude, votre coiffure du jour, ce que vous entendez, le contact du sol sous vos chaussures… tous les détails sont bons à prendre en compte. Visualisez vos gestes, ce que vous dites, les phrases internes que vous vous répétez, votre posture, vos expressions faciales… Vous pouvez également visualiser vos éléments de préparation en amont de l’évènement : A quelle heure allez-vous mettre votre réveil ? Quel petit déjeuner prendrez-vous ? Quelle musique écouterez-vous pour vous donner de l’énergie ? Par quel moyen de transport vous rendez-vous à cette réunion ? Comment allez-vous dire bonjour aux personnes présentes ? etc. L’idée est que lorsque vous vivrez la scène pour de vrai, vous aurez l’impression de la connaitre déjà, votre cerveau pourra donc utiliser la pression de manière positive pour atteindre une performance élevée et non comme un élément de stress.


La visualisation permet de développer la confiance en soi. Si je m’imagine confiant, solide, déterminé, audacieux… quels sont alors mes comportements dans cette situation ? Quelles sont mes pensées ? Qu’est-ce que je me dis de moi ? Quelle image positive cela me renvoie ? Qu’est-ce que je ressens ? Qu’est-ce que cela me donne envie de faire différemment ? Quels sont les résultats obtenus ?


Vous avez déjà fait 80% du chemin. Le reste se passe in real life ;)


En tant que coach professionnelle certifiée, j’utilise la visualisation pour vous accompagner à vous préparer à vos propres enjeux et objectifs.


Et souvenez-vous ce que dit le philosophe Charles Pépin « La confiance en soi se joue dans le rapport à l’action ». Alors, go for it !


- Camille Lamouille -


✏️ Quelle est votre vision du bonheur ?

Témoignez pour notre recueil qui sera publié : "Au bonheur des gens".


📩 Vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous au blog pour recevoir chaque article mensuel de Psychologie Positive dans votre boite mail ainsi que les calendriers positifs et autres surprises : 👉 www.camillelamouille-psychologiepositive.com/sabonner



Pour aller plus loin :

- The Making of a Corporate Athlete, Jim Loehr, Tony Schwartz, Harvard Business Review, janvier 2001. - S'inspirer des athlètes pour mieux résister à la pression, Managéris, n°317

- Break Point, 2023, Netflix, www.netflix.com

- Secrets de coach : les règles du jeu, 2020, Netflix, www.netflix.com


Comentarios


Post unique: Blog_Single_Post_Widget
bottom of page