Rechercher
  • Camille Lamouille

On ne badine pas avec l’amour

Mis à jour : 7 oct. 2019




« On ne se marie pas parce que l’on s’aime.
On se marie pour s’aimer. »

« Les histoires d’amour finissent mal… en général. » Ah ce bon son des Rita Mitsouko … La chanson a-t-elle raison ? Et puis quel rapport avec la Psychologie Positive ?


Cet été, j’ai célébré les 60 ans de mariage de mes grands-parents. L’année prochaine, c’est ma sœur qui se marie. Ce mois-ci, c’est à mon tour de me Pacser. Si tous ces engagements me remplissent de joie, ma compréhension du couple et de l’amour a malheureusement commencé à se dessiner à 4 ans avec le divorce de mes parents. Tiraillée alors entre la chanson « Il n’y a pas d’amour heureux » de George Brassens et le leitmotiv « Ils vécurent heureux et firent beaucoup d’enfants » de Disney, il n’était pas facile d’être un enfant. Loin de m’avoir quittée, cette question de compréhension du couple est toujours en moi.


Qu’est-ce qui prédit la longévité d’un couple ? Est-ce même prédictible ? La Psychologie Positive semble apporter une réponse positive à cette dernière question. Bien sûr tout ne peut pas être déterminé avec certitude, néanmoins la recherche en Psychologie Positive prouve qu’ils existent des indicateurs de longévité et de bonheur d’un couple.


La recette du couple heureux selon la Psychologie Positive


1er ingrédient : les bonnes nouvelles !


Les recherches en Psychologie Positive sont formelles : c’est la façon dont les couples réagissent aux bonnes nouvelles qui a le plus d’impact sur la nature de la relation, bien plus que leur capacité à se soutenir mutuellement dans des circonstances difficiles.


Le soutien réciproque est essentiel dans un couple au fil des épreuves de la vie. Néanmoins, se soutenir face aux évènements négatifs n’est pas un facteur aussi déterminant quand il s’agit de longévité d’un couple que celui de célébrer les bonnes nouvelles au sein d’un couple. Les couples heureux et qui durent dans le temps sont ceux qui portent plus d’attention au positif dans leur vie, ce qui serait moins le cas des couples qui se séparent ou qui sont malheureux. De nombreuses études sur la manière de résoudre le conflit dans le couple ont été produites, il existe toutefois bien moins d’études sur la manière de s’amuser et de rire ensemble au sein d’une relation. Si l’on s’en tient à la recherche, c’est pourtant ces derniers ingrédients qui semblent être le sel du couple.



Selon deux chercheurs de Psychologie Positive, Shelly Gable et Jonathan Haidt, les évènements positifs arrivent trois fois plus souvent dans nos vies que les évènements négatifs.[1] Il semblerait donc plus facile de célébrer le positif. Pourtant le cerveau humain ancre plus naturellement le négatif que le positif. Cela demande donc un effort de porter notre attention sur les évènements positifs et de les partager avec notre partenaire pour booster les émotions positives. Nous avons également découvert que les couples heureux ressentent à un niveau individuel plus d’émotions agréables (joie, amusement, amour…) que d’émotions désagréables (colère, jalousie, honte…).


Alors comment renforcer la célébration des évènements positifs dans notre couple ? Pour cela, il faut savoir répondre à une bonne nouvelle. La psychologue positive Shelly Gable a construit un cadre théorique qui représente les quatre façons de répondre à une bonne nouvelle :





Vous l’aurez deviné, la réponse actif et constructif (ACR) est le moyen le plus efficace pour renforcer la relation positive dans le couple. Cela incite à être pleinement engagé.e dans la discussion, dans notre comportement verbal et non-verbal. Ainsi, nous donnons de la consistance à la relation et prêtons importance à notre partenaire qui le ressentira automatiquement. L’utilisation de cette technique dans le couple entraine un boost d’émotions positives, une réduction de la distance entre le « moi » et le « toi », ouvre l’esprit, permet de relativiser davantage lorsque des évènements négatifs apparaissent et développe donc la résilience.


« À mesure que la positivité élargit votre esprit, cela modifie votre vision fondamentale des personnes et des relations, les rapprochant ainsi de votre centre, de votre cœur »
-Barbara Fredrickson -[2]

2ème ingrédient : La gratitude


Barbabra Fredrickson, une des pionnières de la Psychologie Positive, explique dans son livre

Positivity que parmi les dix émotions positives les plus fréquemment ressenties (joie, gratitude, sérénité, intérêt, espoir, fierté, amusement, inspiration, émerveillement et amour), c’est la gratitude qui serait l’émotion la plus importante pour faire un couple heureux et viable, avec l’amour bien sûr.[3]


La gratitude correspond à la capacité à être reconnaissant.e envers la vie ou envers des personnes et à l’exprimer. La gratitude augmente le degré d’empathie, selon Rebecca Shankland[4], et renforce les relations. Elle permet aussi de ne rien prendre pour acquis et donc d’œuvrer à entretenir son couple.


Pour tester cette idée directement, Algoe, Fredrickson et leurs collègues ont demandé à des personnes ayant une relation amoureuse de noter les belles choses que leur partenaire leur avait faites récemment et d'évaluer sur une échelle de 1 à 7 la qualité de leurs relations. Les chercheurs de Psychologie Positive ont alors constaté que plus le score est élevé sur l’échelle, moins il y a de risque de rupture du couple dans les six mois. Ainsi ressentir de la gratitude et l’exprimer à votre partenaire contribue à assurer la longévité du couple.[5]


Une idée pour favoriser l’expression de la gratitude dans le couple est ce que l’on appelle « le pot à gratitude ». Le principe de cet outil que j’utilise personnellement consiste à trouver un joli pot en verre, à noter minimum deux fois par semaines sur un papier une chose que notre partenaire a faite (que ce soit un grand acte ou un petit) et pour lequel on a envie de le.la remercier. A la fin du mois ou après quelques mois, ouvrez les petits papiers à deux et donnez-vous de la reconnaissance positive.




3ème ingrédient : Cultiver la passion


Par passion, je ne parle pas de la passion obsessionnelle, le « sans toi je ne suis rien » de

Roméo et Juliette, qui est une émotion ni saine ni viable pour le couple. Je parle de la passion saine. Selon le psychologue Robert Vallerand, la passion saine correspond à un intérêt sincère pour une personne ou une activité que nous aimons et auquel nous accordons de la valeur. Pour cultiver la passion dans le couple, il faut donc trouver des activités que les deux personnes aiment faire. Ainsi, vous stimulerez l’attraction mutuelle. La passion entraine des avantages cognitifs et émotionnels tels qu’une meilleure concentration, une attitude plus positive, une meilleure santé physique et mentale. Il s’agit également de se poser la question de ce que nous apporte notre partenaire et en quoi il.elle nous enrichit dans ce que l’on est.


Pour cultiver la passion saine, écrivez et partagez avec votre partenaire certaines des raisons pour lesquelles vous l’aimez, ainsi que pourquoi votre relation est importante pour vous.





Spinoza disait, « tout ce qui est précieux est difficile autant que rare » pendant que Stevie

Nicks chantait « N’oublie pas qu’il est facile d’allumer le feu mais qu’il est plus dur d’apprendre à entretenir la flamme ». S’aimer demande des efforts. S’aimer est risqué, s’aimer est difficile, s’aimer demande du courage. Mais s’aimer c’est aussi s’enrichir, se nourrir, nourrir en retour, grandir, s’entamer. « L'amour est mouvement, quand il s'immobilise, il agonise sans même le savoir », aimer c’est accepter que rien ne reste constant, que tout change. Au cours de ce périple protéiforme, chaque partenaire a un rôle à jouer pour continuer à protéger et à faire grandir la flamme de l’amour. Et si l’on ne peut prédire l’avenir de son couple, du moins saurons-nous que nous avons fait ce que l’on pouvait.


Merci à Charlotte qui rend ma vie plus douce.



- Camille Lamouille -

http://camillelamouille-psychologiepositive.com

www.elveor.com


📩 Vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous au blog pour recevoir chaque article mensuel de Psychologie Positive dans votre boite mail ainsi que les dates d'ateliers et formations : 👉 www.camillelamouille-psychologiepositive.com/sabonner

et partagez :)




[1]Shelly Gable and Jonathan Haidt, “What (and Why) is Positive Psychology?”, Review of General Psychology, 2005, Vol. 9, No. 2, 103-110

[2]Positivity, Barbara Fedrickson, Oneworld Publication, 2010

[3]https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3122271/

[4]Les pouvoirs de la gratitude, Rebecca Shankland

[5]“It’s the little things : Everyday gratitude as a booster shot for romantic relationships”, Sara Algoe, Shelly Gable, Natalya Masel, Personal Relationships, 2017


#psychologiepositive #positivepsychology #bonheur #happiness #bienetre #wellbeing #couple #heureux #happy #relation #relationship #developpementpersonnel #personaldevelopment #heart #coeur #barbarafredrickson #rebeccashankland #QVT #amour #love

357 vues

23 Avenue Doyen Louis Weil, 38000 Grenoble, France

©2018 by Elveor. Proudly created with Wix.com