Rechercher
  • Camille Lamouille

3 pratiques pour vivre la vie de manière plus positive !

Mis à jour : 27 juin 2019


Nous sommes responsables à plus de 40% de notre capacité à être heureux !

Comme expliqué dans mon précédent article « La psychologie positive au travail : un vecteur de performance ! »[1], notre capacité à être heureux dépend à 50% de la génétique, à 10% des circonstances extérieures et à 40% de notre regard sur les évènements.


Alors présumons que notre capital génétique de départ ne peut être négatif dans sa totalité, nous avons finalement un pouvoir d’action sur 50% de notre capacité à être heureux. Tout cela va donc dépendre des lunettes que nous portons pour regarder la vie.

Il est possible d’entrainer notre cerveau à devenir plus positif ! Il semblerait en effet, selon le chirurgien Maxwell Maltz, qu’il faille environ 21 jours pour former une nouvelle habitude. Notre cerveau est plastique et peut donc être « recâblé » positivement.[2] Les neurones modifient leurs connections entre eux avec l’expérience et la pratique.

Sachant cela, je vous propose d’expérimenter 3 pratiques quotidiennes pour entrainer notre cerveau – et donc nous-même – à vivre la vie de manière plus positive !

1ère pratique : Les 5 actes de bienveillance

Cette pratique se distingue par sa facilité et son immédiate gratification pour la personne qui la réalise. Elle a été développée par Sonja Lyubomirsky suite à ses études sur la gentillesse.[3] La pratique est la suivante : Une fois par semaine, convenez d’un jour où vous réaliserez 5 actes de bienveillance envers différentes personnes ; que ce soit des grands actes (donner son sang ...) ou de petits actes (préparer le café d’une collègue...). Ces actes doivent être différents au cours de la journée. Prenez soin de noter à l’écrit les actes de bienveillance que vous aurez réalisés. En devenant plus conscient des interactions sociales positives à travers la compassion, le niveau de bonheur augmente.

La compassion, ça sert à quoi ?


Lorsque l’on éprouve de la compassion (au même titre que l’empathie), cela active notre système vague. Le nerf vague est le nerf crânien relié au corps qui a la plus grande portée : il est responsable du positionnement de la tête, de la parole, de la digestion et surtout du système parasympathique. Le nerf vague se rapporte donc entre autres à notre capacité à se lier d’amitié et à être socialement connecté.[4]


Selon deux études menées par Sara Konrath de l’Université du Michigan[5]et Stéphanie Brown de l’Université de Stony Brook[6], la compassion permettrait d’augmenter considérablement l’espérance de vie. Aider les autres serait deux fois plus puissant pour le système cardiovasculaire que prendre une aspirine.


En somme, ressentir la conviction profonde que nous sommes inextricablement liés les uns aux autres, c’est se permettre de vivre plus heureux.

2ème pratique : Le journal de gratitude

Aussi nommé « 3 kifs par jour » par Florence Servan-Schreiber[7], le journal de gratitude est une des pratiques de psychologie positive les plus testées dans le monde. Cette pratique incite à réfléchir et à écrire sur les moments de notre journée pour lesquels nous avons ressenti de la gratitude. Ce peut être également des actes ou des personnes envers lesquelles nous nous sentons reconnaissants particulièrement ce jour. Se concentrer sur le positif permet d’être plus attentif aux bonnes choses de la vie et d’y participer plus pleinement.[8]

La gratitude, ça sert à quoi ? [9][10]:


Des recherches de l’Université de Berkeley ont permis de constater que les personnes généralement plus reconnaissantes présentaient une plus grande sensibilité neuronale dans le cortex préfrontal interne, une zone cérébrale associée à l’apprentissage et à la prise de décision. Cette recherche a également prouvé que les personnes ayant exprimé leur gratitude par écrit ont montré une plus grande activation dans le cortex préfrontal médian lors d’un test scanner IRMf. Ce qui est étonnant est que cet effet a été constaté trois mois après le début de l’expérience. Cela suggère donc que le simple fait d'exprimer de la gratitude peut avoir des effets durables sur le cerveau.[11]


3ème pratique : La pleine conscience et la méditation


La pratique de la pleine conscience peut s’acquérir grâce à la méditation. Il est recommandé de méditer chaque jour au moins 5 minutes pour augmenter sa capacité à être pleinement présent, réduire les ruminations internes et donc le stress.[12] Pour débuter avec la méditation, l’application Petit Bambou permet d’être guidé dans cette pratique et offre de multiples programmes avec des objectifs différents.[13]

La pleine conscience et la méditation, ça sert à quoi ? [14] [15]


Sara Lazar, neuroscientifique en Psychologie Positive, a observé chez les personnes méditant régulièrement que les parties de leur cerveau liées à l’attention, la concentration, l’intelligence émotionnelle et la compassion deviennent plus fortes et plus importantes. C’est ce que l’on appelle l’épaississement cortical. Et l’épaississement est lié à la pratique. La méditation, comme le yoga, sont extrêmement efficaces à la réduction du stress ainsi que des symptômes associés à la dépression, l’anxiété, la douleur et l’insomnie. Ces pratiques influencent également la capacité à être attentif et, plus important encore, les personnes pratiquant la pleine conscience acquièrent un sentiment de bonheur accru.[16]


3 pratiques quotidiennes pour recâbler son cerveau, son corps et son coeur afin d’être plus résilient, en meilleure santé, et plus heureux !

Souvenez-vous :

« Si vous ne changez rien, rien ne changera. »




- Camille Lamouille -

www.elveor.com

https://www.camillelamouille-psychologiepositive.com


📩 Vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous au blog pour recevoir chaque article mensuel de Psychologie Positive dans votre boite mail ainsi que les dates d'ateliers et formations : 👉🏻 https://www.camillelamouille-psychologiepositive.com/sabonner





[1]https://www.camillelamouille-psychologiepositive.com/post-unique/2018/07/31/La-psychologie-positive-au-travail-un-vecteur-de-performance-

[2]“Mindfulness changes the Brain”, Shauna Shapiro, 2003

[3]“Boosting Happiness, Buttressing Resilience: Results from Cognitive and Behavioral Interventions”, Sonja Lyubomirsky and Matthew Della Porta

[4]Le pouvoir des gentils, Franck Martin, 2014

[5]“Compassionate Mind, Healthy Body”, Emma Seppala, 2013, https://greatergood.berkeley.edu/article/item/compassionate_mind_healthy_body

[6]Happiness Unpacked: Positive Emotions Increase Life Satisfaction by Building Resilience

[7]https://www.florenceservanschreiber.com/livre/3-kifs-par-jour/

[8]http://happierhuman.com/benefits-of-gratitude/

[9]“What Good Is Gratitude”, Robert Emmons, https://www.youtube.com/watch?v=aRV8AhCntXc

[10]Wendy Berry Mendes, “The Physiological Benefits of Gratitude”

[11]“How gratitude changes you and your brain”, Joel Wong and Joshua Brown, Greater Good Magazine, 2017, https://greatergood.berkeley.edu/article/item/how_gratitude_changes_you_and_your_brain

[12]“Mindfulness changes the Brain”, Shauna Shapiro, 2003

[13]https://www.petitbambou.com

[14]Le pouvoir du moment présent, Eckhart Tolle, 2010

[15]Barbara Fredrickson

[16]Sara Lazar, “How meditation can reshape our brains”, TEDxCambridge, 2011Barbara Fredrickson

[17]Sara Lazar, “How meditation can reshape our brains”, TEDxCambridge, 2011

#elveor #psychologiepositive #positif #gratitude #bienveillance #compassion #empathie #méditation #pleineconscience #sonjalyubomirsky #barbarafredrickson #cerveau #stress #bonheur #émotionspositives #résilience #optimisme

264 vues

23 Avenue Doyen Louis Weil, 38000 Grenoble, France

©2018 by Elveor. Proudly created with Wix.com